samedi 27 mai 2017

HÉLÉ BÉJI (1948 - )

ARTICLE PUBLIÉ LE 22/05/2017

http://www.lesclesdumoyenorient.com/Hele-Beji-1948.html
Par Mathilde Rouxel

Hélé Béji est une auteure et penseuse tunisienne d’expression française. Elle a notamment réfléchi à la décolonisation et à la situation des femmes orientales dans leur rapport aux femmes occidentales. Elle a fondé en 1998 le Collège International de Tunis, dont elle est présidente.

Vie et activité

Hélé Béji est née le 1er avril 1948 à Rbat, un faubourg de la médina de Tunis, sous le nom de Hélé Ben Ammar. Elle est la fille de Mondher Ben Ammar, ministre sous Bourguiba et la nièce de Wassyla Ben Ammar, la seconde épouse de Bourguiba. Elle est également la sœur du producteur de cinéma et homme d’affaire Tarek Ben Ammar (1). De père musulman et de mère chrétienne, elle a grandi dans un environnement très libéral.
Hélé Béji étudie les lettres modernes à Paris, dont elle obtient l’agrégation en 1973. Il s’agit de la première Tunisienne agrégée de lettres moderne (2). Elle rentre enseigner à Tunis, puis travaille à l’UNESCO. 
Suite au coup d’état du 7 novembre 1987, par lequel Zine el-Abidine Ben Ali prend le pouvoir en Tunisie, Hélé Béji est radiée de l’université tunisienne où elle enseignait la littérature française depuis son retour de Paris. Les thèses défendues dans son ouvrage phare, Le Désenchantement national, paru en 1982, avaient déplu : elle y discutait les nouvelles formes d’uniformisation politique qui avaient suivi l’indépendance tunisienne et l’instauration de la politique du parti unique. Cette servitude politique et sociale avait aussi été mise en lumière dans son ouvrage autobiographique L’œil du jour, paru en 1985, qui laisse voir la misère et l’absence de liberté d’expression dans lequel s’est trouvé plongé le peuple tunisien au lendemain de l’indépendance.
En 1998, elle ouvre dans la médina de Tunis un espace d’expression des intellectuels tunisiens, un espace demeuré illégal, n’ayant jamais obtenu les autorisations nécessaires. Elle y invite des intervenants issus des grandes universités européennes, américaines, mais aussi latino-américaines ou méditerranéennes, venus discuter de questions artistiques, littéraires, philosophiques ou historiques (3).

Œuvre

Dans un travail philosophique aux confins de l’anthropologie, Hélé Béji a toujours tenté de mettre en lumière les questions de l’identité – nationale ou culturelle – ainsi que celles des violences liées à l’arbitraire de l’État nation décolonisé. Elle s’inscrit dans la démarche intellectuelle d’Albert Memmi (4). Son engagement intellectuel pour la libéralisation de la vie politique l’a amenée à réfléchir sur une vision du colonialisme qui ne serait pas seulement imposé de l’extérieur, mais qui existerait aussi au sein même du système tunisien tel qu’il s’est constitué au lendemain de la décolonisation. Son œuvre interroge ainsi principalement les interdits qui pèsent sur la vie politique mais aussi privée, la place de la religion dans la société, ainsi que la nécessité d’une émancipation citoyenne. Dans son premier essai, Désenchantement national publié en 1982, elle revient sur les grands espoirs postcoloniaux ayant émergé après l’indépendance, rapidement déçus par l’autoritarisme des régimes qui s’installèrent. Elle dénonce ainsi l’usage abusif dans le monde arabe des concepts occidentaux de « nationalisme » et d’« individualisme », utilisés par les appareils d’État pour justifier un pouvoir répressif, seul prétendu capable d’évacuer les dernières marques de colonialisme. Comme le résume bien Angelica Edzard-Karolyi, « ces sociétés ont sécrété leur propre bureaucratie et un appareil étatique d’essence conservatrice et immobiliste », ce qu’Hélé Béji incite à reconnaître, afin de ne pas attribuer « tous les échecs, toutes les misères et oppressions dans les sociétés décolonisées à l’hégémonie occidentale (5) ».
Hélé Béji est aussi l’auteure de nombreux écrits en prose. Parmi eux, L’œil du jour (1985), paru trois ans après Désenchantement colonial, dans lequel la narratrice ne dissimule pas les influences autobiographiques à l’origine du livre. Hélé Béji convoque en effet pendant l’écriture de cet ouvrage son expérience personnelle de femme née dans une société musulmane au sein d’une famille tolérante qui a pu observer les traditions sans en subir les contraintes ni les interdits. Si la famille y apparaît comme un espace d’ouverture, l’expérience d’Hélé Béji nous aide à percevoir une rupture entre la tradition locale, à Tunis, et la modernité parisienne à laquelle la narratrice est davantage familière. L’auteure dresse ainsi un portrait ironique d’une société tunisienne encore rythmée par les coutumes bien que plongée dans une modernité sur le modèle européen dont elle n’hérita que des plus vulgaires aspects. Elle poursuit ses réflexions dans son essai suivant, L’Imposture culturelle (1997), en se concentrant sur la détérioration de l’engagement du peuple et des élites, étouffés et rendus impuissants par le discours sur l’identité mené par les autorités et affaiblis par la montée du radicalisme (6). Par la suite, elle n’hésite pas à renforcer ses positions sur les rapports nord/sud en prenant position contre les guerres du Golfe, notamment la première à travers les textes qu’elle publie dans les années 1990 (7).
En 2006, elle publie Une force qui demeure, qui reprend à nouveau l’expérience de son éducation pour questionner la situation de la femme dans la société moderne. Écrit à la première personne, cet essai propose à la fois un témoignage sur les sociétés maghrébines traditionnelles et une lecture, distanciée, des sociétés modernes – européennes – dans lesquelles elle a vécu. Nous, décolonisés (2008), lui aussi écrit à la première personne (8), tente à nouveau de décrypter les dominations forgées après la décolonisation. Son dernier ouvrage en date, Islam Pride. Derrière le voile (2011) publié après la révolution tunisienne de 2011, tente de comprendre plutôt que de le condamner le retour du voile chez les jeunes femmes tunisiennes. Elle y voit en effet davantage un acte de résistance, après vingt-trois ans d’une dictature ben-alienne qui le condamnait, qu’un aveu de soumission : l’auteure, pourtant opposée au port du voile, défend ainsi l’émergence d’une nouvelle lutte des femmes, dont les attributs semblent à nouveau s’inscrire en réaction contre une idéologie occidentale dominante.
Elle est aussi l’auteure de plusieurs nouvelles de fiction ainsi que de nombreux articles sur le Nouveau théâtre tunisien, dont l’audace sert ses propos concernant la nécessité d’une révolte libertaire contre l’État répressif en acte jusqu’en 2011 en Tunisie.

Hélé Béji et la révolution tunisienne de janvier 2011

Hélé Béji a pris activement part au dialogue démocratique qui s’est ouvert aux lendemains de la fuite du président Ben Ali le 14 janvier 2011. Elle a organisé notamment au Collège International de Tunis plusieurs séries de conférences (« Les nouveaux imaginaires démocratiques » en 2011, « Démocratie de citoyens, démocratie de croyants ? » ou « Penser la démocratie » en 2012 (9)). Elle est également fréquemment intervenue dans la presse, s’exprimant notamment sur la nouvelle place de l’islam dans la société tunisienne – une place souvent contestée, mais dont Hélé Béji n’a jamais cessé de clamer la légitimité (10). Sa présence, en effet, confirme selon elle la démocratisation de la Tunisie, les différentes voix qui constituent la Tunisie contemporaine n’hésitant plus à s’élever pour faire entendre ses droits et ses attentes. Comme le note l’anthropologue Stéphanie Pouessel à la suite d’une conférence de l’écrivaine tunisienne intitulée « Des hommes et des dieux », « selon Hélé Béji, a religion musulmane fait, pour la majorité, office de morale humaniste. Elle apparait comme un gage d’humanité, de conscience, de souci de l’Autre. Le choix électoral de l’islam politique est alors explicable par cette injection de morale que les électeurs ont voulu réintroduire dans la sphère du politique souillée par les anciens dirigeants (11) ». C’est ce qu’elle défend également dans son essai publié en 2011, Islam Pride. Derrière le voile. Cette position de tolérance ne l’empêche pas néanmoins de critiquer le projet du parti Ennardha porté au pouvoir en Tunisie à l’issue des élections de 2012 : la présence du religieux dans la sphère du politique marque une politisation de l’islam menant à un « désenchantement du religieux » dangereux pour la société (12). Le retour du religieux, porté en politique, a donc eu pour effet d’accentuer les clivages plutôt que de proposer une société égalitariste. Hélé Béji appelait donc à reconsidérer les parcours individuels, notamment de ces femmes qui, le 14 janvier au soir, ont commencé à porter ce voile précédemment proscrit, pour comprendre et analyser à l’aune de la société ce retour du religieux en Tunisie. Ce sont ces femmes, selon elle, qui, « voilées ou pas » composent « l’union sacrée des Tunisiennes » (13).
Personnage aussi politique que littéraire, Hélé Béji est une intellectuelle importante du paysage culturel tunisien. Son œuvre influente et ses nombreuses réflexions sur la décolonisation ont encore des résonnances importantes et sont des références incontournables pour penser encore aujourd’hui les sociétés méditerranéennes – en témoigne la réédition, en 2013, de son ouvrage phare des années 1980, Désenchantement national. Essai sur la décolonisation (14).
Notes : 
(1) Zohra Abid, « Littérature : Grand Prix Hervé Deluen pour Hélé Béji », Kapitalis, 13/12/2016, disponible en ligne. URL : http://kapitalis.com/tunisie/2016/12/13/litterature-grand-prix-herve-deluen-pour-hele-beji/
(2) « Hélé Béij », collège international de Tunis, disponible en ligne. URL : http://www.college-international.org/hele-beji.html
(3) « Hélé Béji », Internationales literaturfestival, Berlin, disponible en ligne. URL : http://www.literaturfestival.com/archiv/teilnehmer/autoren/2006/hele-beji
(4) En témoigne l’hommage qu’elle prononce en 1998 dans le colloque international organisé en 1996 à Würtzburg « Postcolonialisme & autobiographie : Albert Memmi, Assia Djebar, Daniel Maximim ». Son dernier ouvrage, Nous, décolonisés (2008) semble ainsi prolonger l’ouvrage de Memmi Portrait du colonisé paru en 1985.
(5) Angelica Edzard-Karolyi, « Hélé Béji, Le désenchantement national. Essai sur la décolonisation, compte rendu », Politique étrangère, 1983, vol. 48 n°1, p.227-228, disponible en ligne. URL : http://www.persee.fr/doc/polit_0032-342x_1983_num_48_1_3296_t1_0227_0000_4
(6) Voir sur ce sujet les commentaires de Robert Lang sur l’impact des idées d’Hélé Béji sur la culture et la société tunisienne dans son ouvrage New Tunisian Cinema : Allegories of Resistance, Columbia Press University, 2014.
(7) Voir notamment : « L’inhumain », La Presse de Tunisie, 6 février 1991, pp. 1 et 10, « L’Occident intérieur », Le Débat, décembre 1986 ou encore « Le patrimoine de la cruauté », Le Débat, n°73, janvier-février 1993, pp. 162-174.
(8) La chercheure Denise Brahimi analyse dans son article « Nous, décolonisés d’Hélé Béji. Le je entre nous et vous » (Revue de littérature compatée, 2008, n°327) la place et le rôle de cette subjectivité d’Hélé Béji dans son ouvrage. Disponible en ligne. URL : https://www.cairn.info/revue-de-litterature-comparee-2008-3-page-387.htm
(9) Archives à retrouver sur le site du Collège International de Tunis : http://www.college-international.org/les-nouveaux-imaginaires-democratiques.html
(10) Marie Verdier, « Hélé Béji : Tunis s’est transformée en agora », La Croix, 23/02/2011, disponible en ligne. URL : http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Hele-Beji-Tunis-s-est-transformee-en-agora-_NG_-2011-02-23-563935
(11) Stéphanie Pouessel, « L’autre Tunisie. Les intellectuels de l’opposition défont les mailles de l’islam politique. Réflexions à partir de la conférence d’Hélé Béji « des hommes et des dieux » », Le Carnet de l’IRMC, 29 novembre 2012, disponible en ligne. URL : http://irmc.hypotheses.org/611
(12) Ibid.
(13) « Voilées ou pas : l’union sacrée des Tunisiennes », Elle, 4/03/2011, disponible en ligne. URL : http://www.elle.fr/Societe/L-actu-en-images/Voilees-ou-pas-l-union-sacree-des-Tunisiennes/BEJI-Hele
(14) Marina Da Silva, « Désenchantement national. Essai sur la décolonisation de Hélé Béji », Le Monde diplomatique, juillet 2014, disponible en ligne. URL : https://www.monde-diplomatique.fr/2014/07/DA_SILVA/50651

jeudi 25 mai 2017

Seasides of Byzantium Harbours and anchorages of a Mediterranean Empire

Seasides of Byzantium Harbours and anchorages of a Mediterranean Empire 
International Conference, 
29 May-1 June 2017 
National Hellenic Research Foundation 48 Vassileos Constantinou Ave., 11635 Athens
 

PROGRAMME
Monday, 29th of May: Opening and keynotes 18:00-18:30 Welcome and greetings by Dir. Prof. Taxiarchis Kolias (NHRF-IHR Athens) and Dir. Gen. Prof. Falko Daim (RGZM Mainz)
18:30-19:00 Anna Lambropoulou (Athens), Η πρόσληψη της θάλασσας και της θαλάσσιας επικοινωνίας στην Μεσόγειο (4ος-12ος αι.): Η αγιολογική µαρτυρία (The perception of the sea and of maritime communication in the Mediterranean, 4th-12th c.: the hagiographic evidence)
19:00-19:30 Johannes Preiser-Kapeller (Vienna-Mainz), Ports, bones, pollen and pottery. Harbours of the Byzantine world as sources of environmental history and global connectivity
19:30 Reception at the Atrium of the National Hellenic Research Foundation Tuesday,

30th of May Session I: Varieties of archaeological evidence Chair: Georg Ladstätter (Athens)
09:30-09:50 Aikaterini Dellaporta (Athens), Archaeological and iconographic evidence for maritime activities of the Byzantine era
09:50-10:10 Jean-Philippe Goiran (Lyon), Sedimentary archives and ancient texts: Evaluating the contribution of the geological approach to the study of ancient harbours
10:10-10:30 Joanita Vroom (Leiden), The Archaeology of Byzantine Harbours in Action: From their products to maritime trading networks
10:30-11:00 Discussion
11:00-11:30 Coffee break

Session II: Maritime spaces and place-making Chair: Platon Petridis (Athens)
11:30-11:50 Myrto Veikou (Uppsala), Telling the Sea, from the Land: Coastal Place-making in Byzantine Literary Texts
11:50-12:10 Eleonora Kountoura-Galaki (Athens), A light in the darkness: monastery “lighthouses” in the Aegean Sea and surrounding coastal regions
12:10-12:30 Max Ritter (Mainz), Naval bases, arsenals, aplekta: functional and operational segregations of Byzantine ports (6th-12th c.)
12:30-13:00 Discussion
13:00-15:30 Lunch break at one’s own disposal; 15:30-16:00 Coffee break

Session III: Administration, trade and harbours from the Early Byzantine to the Post-Byzantine period Chair: Vassiliki Penna (Kalamata)
16:00-16:20 Efi Ragia (Athens), Αdministrative changes in the seas of Byzantium, 7th-8th centuries. A historical-geographical approach
16:20-16:40 Maria Gerolymatou (Athens), Ἐµπορεῖον µετὰ πλοίων καὶ φούνδακος. The role of the aristocracy in building harbours (10th-12th century)
16:40-17:00 Aikaterini Dellaporta (Athens) and Flora Karagianni (Thessalonike), Depictions of the Byzantine harbours of Constantinople in early maps and engravings
17:00-17:30 Discussion
19:30 Reception in the Austrian Archaeological Institute Wednesday, 31st of May

Session IV: Harbours of the Aegean, part I Chair: Petros Themelis (Athens)
09:00-09:20 Sophia Akrivopoulou (Thessalonike), The Hellenistic Harbour of Thessaloniki and the Ekklēsiastikē Skala
09:20-09:40 Thomas Schmidts (Mainz), Ainos and beyond – Harbour cities in southern Thrace in early Byzantine times
09:40-10:00 Horacio González Cesteros – Sabine Ladstätter (Vienna–Athens), Harbours and Commerce in Byzantine Ephesus
10:00-10:30 Discussion 10:30-11:00 Coffee break

Session V: Harbours of the Aegean, part II Chair: Anastasia Yangaki (Athens)
11:00-11:20 Marina Papadimitriou (Athens), The harbour of Piraeus in Late Antiquity. New archaeological evidence
11:20-11:40 Alkiviadis Ginalis (Bremen), Reassessing the harbour of Anthedon
11:40-12:00 Konstantia Kephala (Rhodes), Haven Waiting. Patmos Before the Blessed Christodoulos
12:00-12:20 Katerina Manoussou-Della (Rhodes), Byzantine Rhodes. The evolution of a fortified harbour-city in the Eastern Mediterranean, 4th-12th c.
12:20-12:50 Discussion 12:50-16:00 Lunch break at one’s own disposal

Session VI: The Adriatic and the Black Sea Chair: Falko Daim (Mainz)
16:00-16:20 Dominik Heher (Mainz-Vienna), Dyrrhachion / Durrës – an Adriatic Sea Gateway between East and West
16:20-16:40 Dimitar Dimitrov (Plovdiv), Sozopol Harbour in the Middle Ages
16:40-17:00 Grigori Simeonov (Mainz-Vienna), The Region of the Danube Delta in the 7th–10th Centuries and the case of the so called Lykostomion Maritime Province
17:00-17:30 Discussion 17:30-18:00 Coffee break

Session VII: Harbours of the Peloponnese Chair: Timothy Gregory (Ohio)
18:00-18:20 Ilias Anagnostakis (Athens), Ένα σηµαντικό ορµητήριο χωρίς λιµάνι; Αναζητώντας στις πηγές το βυζαντινό λιµάνι στη Μεθώνη της Πελοποννήσου (Methoni in Peloponnesos: a naval base without harbour? Ιn search of the Byzantine port in historical sources)
18:20-18:40 Dimitrios Athanasoulis (Athens), The Churches of the Leonides’ Basilica. An Evidence of the Diachronic Operation of the Lechaion Harbour (Corinth) from Late Antiquity to Late Byzantine Era
18:40-19:00 Maria Leontsini, Eleni Manolessou and Angeliki Panopoulou (Athens), Harbours and anchorages in Corinthia and Argolis (Northeastern Peloponnese) from the Early to the Middle Byzantine period
19:00-19:30 Discussion 19:30-20:00 Concluding Remarks by Dir. Gen. Prof. Falko Daim (Mainz) and by Prof. Taxiarchis Kolias (Athens)
Evening at one´s own disposal

ΠΡΟΚΗΡΥΞΗ ΘΕΣHΣ ΕΡΓΑΣΙΑΣ ΓΙΑ ΤΗΝ ΣΤΕΛΕΧΩΣΗ ΤΟΥ ΠΑΡΑΤΗΡΗΤΗΡΙΟΥ ΓΙΑ ΤΗΝ ΚΡΙΣΗ

ΠΡΟΚΗΡΥΞΗ ΘΕΣHΣ ΕΡΓΑΣΙΑΣ
ΓΙΑ ΤΗΝ ΣΤΕΛΕΧΩΣΗ ΤΟΥ ΠΑΡΑΤΗΡΗΤΗΡΙΟΥ ΓΙΑ ΤΗΝ ΚΡΙΣΗ

Το ΕΛΙΑΜΕΠ ζητά να προσλάβει έναν μεταδιδακτορικό ερευνητή/τρια για να στελεχώσει το Παρατηρητήριο για την Κρίση, με την υποστήριξη του Ιδρύματος Λεβέντη.
Βασικός στόχος του Παρατηρητηρίου είναι η συστηματική παρακολούθηση, έρευνα και ανάλυση των οικονομικών, πολιτικών και κοινωνικών όψεων και συνεπειών της κρίσης στην Ελλάδα και την Ευρώπη γενικότερα, καθώς και η τεκμηριωμένη παρέμβαση στο δημόσιο διάλογο εντός και εκτός συνόρων.
Ο/η ερευνητής/τρια μπορεί να ξεκινήσει από την 1η Σεπτεμβρίου 2017 για μια περίοδο 12 μηνών, με δυνατότητα ανανέωσης. 

Απαιτούμενα προσόντα:
  • Διδακτορικός τίτλος στα διεθνή ή ευρωπαϊκά οικονομικά.
  • Εμπεριστατωμένη γνώση της σύγχρονης βιβλιογραφίας και των εξελίξεων των  βασικών θεμάτων στον τομέα εξειδίκευσής του/της.
  • Εμπεριστατωμένη γνώση και εμπειρία στη χρήση ποσοτικών μεθόδων έρευνας.
  • Εμπειρία στη διεξαγωγή έρευνας και στη διαχείριση/ συμμετοχή σε ερευνητικά προγράμματα. Εμπειρία εποπτείας νεώτερων ερευνητών είναι επιθυμητή.
  • Ικανότητα στη συγγραφή ερευνητικών αναφορών και προτάσεων πολιτικής, με έμφαση στην εφαρμοσμένη οικονομία.
  • Συγγραφικό έργο/ δημοσιεύσεις και συμμετοχή σε διεθνή συνέδρια.
  • Άριστη γνώση της Ελληνικής και της Αγγλικής γλώσσας. Η γνώση άλλων γλωσσών, κυρίως της Γερμανικής και της Γαλλικής, αποτελεί πλεονέκτημα.
  • Άριστη γνώση λειτουργίας λογισμικού και διαδικτύου.

Καθήκοντα:
  • Διαμόρφωση ερευνητικής ατζέντας για θέματα ενδιαφέροντος του Παρατηρητηρίου.
  • Διεξαγωγή πρωτογενούς εμπειρικής έρευνας.
  • Συγγραφή επιστημονικών δημοσιεύσεων/ ερευνητικών αναφορών και κειμένων πολιτικής/εργασίας.
  • Δικτύωση με τα μέσα μαζικής ενημέρωσης και άλλους σχετικούς φορείς στην Ελλάδα και το εξωτερικό – παρουσίαση θέσεων και απόψεων για την κρίση στην Ελλάδα και την Ευρώπη, παρέμβαση σε δημόσιες συζητήσεις, προώθηση του έργου της ομάδας του Παρατηρητηρίου μέσω του διαδικτύου.
  • Εργασίες διαχείρισης του Παρατηρητηρίου (τήρηση βιβλίων για τα ερευνητικά προγράμματα, οργάνωση συναντήσεων και συνεδρίων, ενημέρωση ιστοσελίδας, κτλ.)

 Προθεσμία Υποβολής Αιτήσεων: 16 Ιουνίου 2017

Παρακαλούνται οι ενδιαφερόμενοι/ες να υποβάλουν ηλεκτρονικά το βιογραφικό τους σημείωμα αναγράφοντας απαραίτητα στο θέμα τον κωδικό θέσης CRISISOBS17, μαζί με μια επιστολή στην οποία θα εκφράζουν το ενδιαφέρον τους για τη συγκεκριμένη ερευνητική θέση, τις ιδέες/προτάσεις τους για αυτή, δύο εργασίες/δημοσιεύσεις τους, καθώς και τα ονόματα και ηλεκτρονικές διευθύνσεις δύο πανεπιστημιακών που γνωρίζουν το έργο τους και είναι διατεθειμένοι να γράψουν συστατική επιστολή. Οι αιτήσεις θα απευθύνονται στην ηλεκτρονική διεύθυνση nina@eliamep.gr  

--
Ελληνικό Ίδρυμα Ευρωπαϊκής & Εξωτερικής Πολιτικής (ΕΛΙΑΜΕΠ)
Hellenic Foundation for European & Foreign Policy (ELIAMEP)
Β.Σοφίας 49, Αθήνα 10676 - 49, Vas. Sofias, 10676 Athens, Greece
Tel. +30 210 7257 110, Fax +30 210 7257 114, E-mail eliamep@eliamep.gr

Μάθετε περισσότερα για το έργο μας - Επισκεφθείτε τον ιστότοπο www.eliamep.gr
Learn more about our work - Visit our website at www.eliamep.gr/en
Αν επιθυμείτε να διαγραφείτε από τη λίστα παραληπτών στείλετε κενό μήνυμα στην ηλεκτρονική διεύθυνση unsubscribe@eliamep.gr
Should you wish to unsubscribe from our mailing list please send a blank message to unsubscribe@eliamep.gr

dimanche 21 mai 2017

EURAMES Info Service 20/2017

CONFERENCES
 
1. International Workshop: "Talking Colors in Turkey and Beyond", University of
Cologne, 2-4 June 2017 
 
2. Colloque : « Regards du monde islamique sur son passé : histoire, patrimoine et
archéologie », musée du Louvre, Paris, 29 juin 2017
 
3. Graduate Student Writing Workshop, American Institute for Maghrib Studies, Boston
University, 29-30 September 2017 
 
4. “Ways of Knowing: Graduate Conference on Religion", Harvard Divinity School,
26-28 October 2017
 
5. Conference: "Contextualising the Art Salon in the Arab Region", Orient-Institut
Beirut and Sursock Museum, Beirut, 27-28 October 2017 
 
6. International Academic & Business Conference: "Arab and Muslim World in
International Relations", Polish International Studies Association, Gdańsk, 23
November 2017
 
7. 35th Annual Conference of the American Council for the Study of Islamic Societies
(ACSIS) on “Islam in the Post-Obama Era”, Boston College, Chestnut Hill, MA, 23-24
March 2018
 
8. 9th Islamic Legal Studies Conference, International Society of Islamic Legal
Studies (ISILS), Universities of Helsinki and Tampere, Finland, 6-9 June 2018
 

POSITIONS
 
9. Three-year Position for Doctoral Student for Research on "A Global History of
Technology, 1850-2000" (Focus on the Arab World), Department of History, Darmstadt
University of Technology, Germany 
 
10. Visiting Assistant Professor in Middle East Studies, Brown University,
Providence, RI
 
11. Postdoctoral Teaching Scholar, North Carolina State University, Raleigh 

12. Lecturer /Associate for Teaching Arabic Language, Columbia University, New York
 
 
OTHER INFORMATION
 
13. MESA Undergraduate Research Workshop, Washington, DC, 18 November 2017 
 
14. MESA Graduate Student Paper Prize
 
15. Malcolm H. Kerr Dissertation Awards
 
16. TOMidEast Summer School: "De-constructing Narratives, Imaginaries and
Representations", Department of Culture, Politics and Society, University of Turin,
3 - 7 July 2017
 
17. Summer School on Philology and Manuscripts from the Muslim World, Leiden
University, 15-25 August 2017 
 
18. Articles on "Algeria and Global Diplomacy" for Special Issue of "The Maghreb
Review - Quarterly Journal on the Maghreb, the Middle East, Africa and Islamic
Studies"
 
19. Articles for the “Australian Journal of Islamic Studies (AJIS)”
 
20. Articles : « L’Exilé, l’étranger et l’autre dans les œuvres de Nabile Farès »
pour « Expressions maghrébines. Revue de la Coordination internationale des
chercheurs sur les littératures du Maghreb »
 
If you want to distribute an announcement via DAVO-Info-Service (about 1500
recipients) and EURAMES Info Service (more than 6000 recipients, only English and
French announcements), please apply the usual format of the text with no more than
50 words and no attachment. Please send only the most important information to
 and refer to further details with a link to the respective
website or an email address.
 
Best regards.
 
Guenter Meyer, Centre for Research on the Arab World  (CERAW), University of Mainz
 
____________________
 
 
CONFERENCES
 
1. International Workshop: "Talking Colors in Turkey and Beyond", University of
Cologne, 2-4 June 2017 
 
The workshop discusses how individuals, groups and organizations have been affected
by the color-coding ascriptions, discrimination and racism, as well as if and how
these developments have contributed to socio-cultural division within Turkish
society.
 
Information: http://orient.phil-fak.uni-koeln.de/32775.html
 
 
_____________
 
 
2. Colloque : « Regards du monde islamique sur son passé : histoire, patrimoine et
archéologie », musée du Louvre, Paris, 29 juin 2017
 
Colloque sous la direction scientifique de Carine Juvin, département des Arts de
l’Islam, musée du Louvre. Colloque en français et en anglais avec traduction
simultanée en français.
 
Information :
http://www.louvre.fr/regards-du-monde-islamique-sur-son-passe-histoire-patrimoine-et-archeologie

 
 
_____________
 
 
3. Graduate Student Writing Workshop, American Institute for Maghrib Studies, Boston
University, 29-30 September 2017 
 
The workshop provides the opportunity for current doctoral or master candidates to
present, discuss, and receive valuable feedback on work related to North Africa.
Accepted applicants will submit a piece of writing from their dissertations or
theses at any stage. The workshop further affords the opportunity to meet and
develop relationships with colleagues in the field.
 
Deadline for abstracts: 1 August 2017. Information:
http://aimsnorthafrica.org/wp-content/uploads/2017/05/Announcing-the-2017-AIMS-Dissertation-Workshop.pdf
 
 
_____________
 
 
4. “Ways of Knowing: Graduate Conference on Religion", Harvard Divinity School,
26-28 October 2017
 
We seek papers that explore religious practices and modes of knowing, especially in
relation to this year’s central theme “Religion and Migration”.
 
Deadline for abstracts: 31 May 2017. Information:
https://projects.iq.harvard.edu/files/gradreligionconference/files/cfp-harvard-wok17.pdf
 
 
_____________
 
 
5. Conference: "Contextualising the Art Salon in the Arab Region", Orient-Institut
Beirut and Sursock Museum, Beirut, 27-28 October 2017 
 
This two day symposium aims to discuss the emergence of the art salon in the region
in the colonial and post-colonial context, reflect on knowledge circulations between
Europe and the Middle East, and analyze the function of the art salon in relation to
collecting practices and the public.
 
Deadline for abstracts: 5 June 2017. Information:
http://oib.hypotheses.org/834#more-834
 
 
_____________
 
 
6. International Academic & Business Conference: "Arab and Muslim World in
International Relations", Polish International Studies Association, Gdańsk, 23
November 2017
 
The overall purpose is to present a wide range of issues in the Arab-Muslim region
in the sphere of politics, economy, business, law, and culture.
 
Deadline for abstracts: 1 September 2017. Information: http://www.arabconference.eu/
 
 
_____________
 
 
7. 35th Annual Conference of the American Council for the Study of Islamic Societies
(ACSIS) on “Islam in the Post-Obama Era”, Boston College, Chestnut Hill, MA, 23-24
March 2018
 
Current events in the United States and abroad will bring together scholars united
by a broad interest in Islam and Muslim populations, but diverse in methodologies
and fields of expertise, to examine the issues for the future. 
 
Deadline for proposals: 1 December 2017. Information: 
 
 
_____________
 
 
8. 9th Islamic Legal Studies Conference, International Society of Islamic Legal
Studies (ISILS), Universities of Helsinki and Tampere, Finland, 6-9 June 2018
 
The conference will be open topic — presentations on all aspects of Islamic law,
from earliest to most recent times, are welcome.
 
Deadline for abstracts: 31 July 2017; Information: http://www.isils.net/conferences 
 
 
_____________
 
 
POSITIONS
 
9. Three-year Position for Doctoral Student for Research on "A Global History of
Technology, 1850-2000" (Focus on the Arab World), Department of History, Darmstadt
University of Technology, Germany 
 
Candidates should have thorough research experience in the Arab world. Timeframe:
October 2017 – September 2022
 
Deadline for application: 6 June 2017. Information:
http://www.geschichte.tu-darmstadt.de/index.php?id=3586&L=2
 
 
_____________
 
 
10. Visiting Assistant Professor in Middle East Studies, Brown University,
Providence, RI
 
The position is open to all disciplines, with a preference for the social sciences
such as anthropology, history, political science, and sociology. This is a two-year
position. Qualifications: Doctorate in the field of Modern Middle East Studies;
social scientist is preferred; native or near-native fluency in Arabic; etc. 
 
Review of applications will begin 16 June 2017. Information:
http://watson.brown.edu/mes/news/2017/visiting-assistant-professor-middle-east-studies
 
 
_____________
 
 
11. Postdoctoral Teaching Scholar, North Carolina State University, Raleigh 
 
The scholar will be expected to teach two classes (Middle Eastern History) per
semester in the Department of History. Qualifications: Ph.D. in Middle Eastern
History; experience as a teaching assistant or instructor; etc. 
 
Deadline for application: 22 May 2017. Information:
https://jobs.ncsu.edu/postings/85717
 
 
_____________
 
12. Lecturer /Associate for Teaching Arabic Language, Columbia University, New York

The position is beginning 1 July 2017, ending 30 June  2018. We welcome applications
from professional language teachers who are committed to teaching languages for
academic purposes.

Deadline for application: 2 June 2017. Information:
http://academicjobs.columbia.edu/applicants/Central?quickFind=64519

_____________
 

OTHER INFORMATION
 
13. MESA Undergraduate Research Workshop, Washington, DC, 18 November 2017 
 
Sponsored by MESA’s Committee on Undergraduate Middle East Studies (CUMES), the
workshop is an opportunity for students in any academic discipline with a focus on
the Middle East to present their research in conjunction with MESA’s annual meeting.

 
Deadline for papers: 1 June 2017. Information:
http://mesana.org/annual-meeting/2017-undergraduate-research-workshop.html 
 
 
_____________
 
 
14. MESA Graduate Student Paper Prize
 
Graduate student research papers on any aspect of post 600 CE Middle East studies
are sought for this blind review. Winner is awarded $250.
 
Deadline for application: 15 August 2017. Information:
http://mesana.org/awards/student-paper-prize.html
 
 
_____________
 
 
15. Malcolm H. Kerr Dissertation Awards
 
Students completing their dissertations between July 1, 2016 and June 30, 2017 may
submit entries for this award. The competition is to recognize exceptional
achievement in research and writing for/of dissertations in Middle East studies.
Winner in each category (social sciences and humanities) is awarded $1000.
 
Deadline for submissions: 1 July 2017. Information:
http://mesana.org/awards/malcolm-kerr-dissertation.html
 
 
_____________
 
 
16. TOMidEast Summer School: "De-constructing Narratives, Imaginaries and
Representations", Department of Culture, Politics and Society, University of Turin,
3 - 7 July 2017
 
The Summer School is specifically focused on the Middle East politics, with
international specialists of the area. The participation is open to students and
professionals willing to critically explore the complex facets of the political
dynamics of the Middle East. 
 
Deadline for application: 30 May 2017. Information: http://www.to-asia.it/to-mideast/
 
 
_____________
 
 
17. Summer School on Philology and Manuscripts from the Muslim World, Leiden
University, 15-25 August 2017 
 
This summer school is organised for graduate (MA and PhD) students and researchers
who have an interest in handwritten materials, in editing, and in the tradition of
editing in the Muslim world.  It offers theoretical lectures as well as hands-on
practice with samples from the world famous collections of the Leiden University
Library.
 
Deadline for application: 16 June 2017. Information:
http://www.universiteitleiden.nl/en/news/2017/04/lucis-summer-school 
 
 
_____________
 
 
18. Articles on "Algeria and Global Diplomacy" for Special Issue of "The Maghreb
Review - Quarterly Journal on the Maghreb, the Middle East, Africa and Islamic
Studies"
 
Deadline for submissions: 30 July 2017. Information: http://www.maghrebreview.com/
 
 
_____________
 
 
19. Articles for the “Australian Journal of Islamic Studies (AJIS)”
 
Contributions for this double-blind peer-reviewed journal are encouraged in Islamic
theology, philosophy, sociology, jurisprudence, contemporary studies, comparative
religion, spirituality, Qur’anic and Sunnah studies, history and art. 
 
Deadline for submissions: 1 September 2017. Information: http://www.ajis.com.au/
 
 
_____________
 
 
20. Articles : « L’Exilé, l’étranger et l’autre dans les œuvres de Nabile Farès »
pour « Expressions maghrébines. Revue de la Coordination internationale des
chercheurs sur les littératures du Maghreb »
 
Dossier coordonné par Fazia Aitel et Valérie K. Orlando. Date limite de soumission
des articles : 31 janvier 2018. Information :
https://networks.h-net.org/node/73374/announcements/180264/l%E2%80%99exil%C3%A9-l%E2%80%99%C3%A9tranger-et-l%E2%80%99autre-dans-les-%C5%93uvres-de-nabile-far%C3%A8s
 
 
________________________________________
 

lundi 15 mai 2017

EURAMES Info Service 19/2017

CONFERENCES
 
1. 8th Conference on Ibadi Studies: "Local and Global Identities. Social Change and
Diaspora in the Ibadi Communities," The University of Tokyo, Sultan Qaboos Chair in
Middle Eastern Studies, Tokyo, 20-23 May 2017
 
2. Colloque international : « Bilan et perspectives des études sur les encyclopédies
médiévales: Orient-Occident, le ciel, l'homme, le verbe, l'animal », Speculum
Arabicum, Université catholique de Louvain, CEMR, 22-24 mai 2017
 
3. Conference: "The Dynamics of Change in the Pakistan Afghanistan Region: Politics
on Borderland", University of Peshawar, Pakistan, 20-22 August 2017 
 
4. "Book Review Colloquium on Islamic and Middle Eastern Studies", George Mason
University, Fairfax, VA, 12 October 2017
 
5. Conference: "Islam in America: Civic and Religious Youth Identities", Respect
Graduate School, Bethlehem, PA, 21-22 October 2017 
 
 
POSITIONS
 
6. Senior Lecturer in Middle Eastern and North African Studies, Stockholm University 
 
7. Professor of Arabic, University of St Andrews, Scotland, UK
 
8. Teaching Assistant Professorship in Arabic, Department of the Study of Religion,
Aarhus University
 
9. Assistant Professor in Ottoman History, University of Pennsylvania 
 
10. Post-Doctoral Teaching Scholar in the History of the Modern Middle East, North
Carolina State University
 
11. History 3/4 Time Position, Ottoman History or Modern Middle East, Rowan
University, Glassboro, NJ
 
12. Assistant Teaching Professor of Arabic, Georgetown University 
 
 
OTHER INFORMATION
 
13. "ILO Executive Course: Evaluating Labour Market Programmes", Amman, 2-6 July 2017 
 
14. Course: "The Israeli - Palestinian Conflict, Understanding Both Sides", Galilee
International Management Institute, Kibbutz Mizra, Israel, 19-31 July 2017 
 
15. Summer School: "Egyptian History, Government and International Relations of the
Middle East (combined with Arabic course) ", Middle East Studies Center, American
University in Cairo, 27-31 August 2017
 
16. Contributions for "Middle East Studies Center Working Paper Series"
 
17. Articles on "Understanding Muslim Mobilities and Gender" for Special Issue of
Journal "Social Sciences"
 
18. Communication pour l'ouvrage « L'Algérie au présent », Institut de Recherche sur
le Maghreb Contemporain (IRMC), Tunis
 
 If you want to distribute an announcement via DAVO-Info-Service (about 1500
recipients) and EURAMES Info Service (more than 6000 recipients, only English and
French announcements), please apply the usual format of the text with no more than
50 words and no attachment. Please send only the most important information to
 and refer to further details with a link to the respective
website or an email address.
 
Best regards,
 
Guenter Meyer, Centre for Research on the Arab World (CERAW), University of Mainz
 
____________________
 
 
CONFERENCES
 
1. 8th Conference on Ibadi Studies: "Local and Global Identities. Social Change and
Diaspora in the Ibadi Communities," The University of Tokyo, Sultan Qaboos Chair in
Middle Eastern Studies, Tokyo, 20-23 May 2017
 
The panels will include four major sections: Identity, Social Change and Diaspora:
Theoretical Considerations; The Formation of Ibadi Identity; Ibadi Identity in
Modern Times; Expressions of Ibadi Identity. 
 
Information and program: http://www.ibadistudies.org/
 
 
_____________
 
 
2. Colloque international : « Bilan et perspectives des études sur les encyclopédies
médiévales: Orient-Occident, le ciel, l'homme, le verbe, l'animal », Speculum
Arabicum, Université catholique de Louvain, CEMR, 22-24 mai 2017
 
Information:
https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/cemr/evenements/encyclopedies-medievales.html

 
 
_____________
 
 
3. Conference: "The Dynamics of Change in the Pakistan Afghanistan Region: Politics
on Borderland", University of Peshawar, Pakistan, 20-22 August 2017 
 
In order to gain a more holistic view of the dynamics of change in the
Pakistan-Afghanistan region, the Department of Political Science, University of
Peshawar and the Hanns Seidel Foundation, Islamabad are jointly organizing this
conference.
 
The deadline for papers has already passed. Information:
http://www.uop.edu.pk/events/?q=143
  
 
_____________
 
 
4. "Book Review Colloquium on Islamic and Middle Eastern Studies", George Mason
University, Fairfax, VA, 12 October 2017
 
The Colloquium invites advanced graduate students in social sciences and humanities
to present book reviews of recent noteworthy publications in the broader field of
Islamic and Middle Eastern studies.  
 
Deadline for application: 15 June 2017. Information:
http://www.themaydan.com/2017/05/call-applications-book-review-colloquium-islamic-middle-eastern-studies-october-2017/

 
 
_____________
 
 
5. Conference: "Islam in America: Civic and Religious Youth Identities", Respect
Graduate School, Bethlehem, PA, 21-22 October 2017 
 
Papers may address: How can culturally or linguistically diverse youth hailing from
religious communities build integrated identities and become productive citizens?
 How can we go beyond cultural conflict models to explore complex religious and
civic identities? A limited number of travel scholarships are available for
presenters.
 
Now accepting abstracts. Information: http://www.respectgs.us/call-for-papers/
  
 
_____________
 
 
POSITIONS
 
6. Senior Lecturer in Middle Eastern and North African Studies, Stockholm University 
 
The applicant must have demonstrated teaching proficiency, gained from teaching
Middle Eastern and North African studies, and have a doctoral degree  in Social
Sciences and/or History within Middle Eastern and North Africa Studies is also
required for the position. The Senior Lecturer is expected to master modern Arabic.
Other well-developed language skills are also qualifying.
 
Deadline for application: 5 June 2017. Information:
http://www.su.se/asia/english/avalible-job-senior-lecturer-in-middle-eastern-and-north-african-studies-1.330184

 
 
_____________
 
 
7. Professor of Arabic, University of St Andrews, Scotland, UK
 
We are seeking to appoint an outstanding scholar to the Chair in the Department of
Arabic and Persian with a start date of 1 September 2017, or as soon as possible
thereafter.  Requirements: an internationally-recognised research record in Arabic
literatures and cultures; a willingness and proven capacity to teach Arabic language
at all levels; etc.
 
Deadline for application: 23 May 2017. Information:
http://www.vacancies.st-andrews.ac.uk/welcome.aspx
 
 
_____________
 
 
8. Teaching Assistant Professorship in Arabic, Department of the Study of Religion,
Aarhus University
 
The three-year position is affiliated with the Arab and Islamic Studies program, and
involves teaching Modern Standard Arabic (MSA) and at least one Arabic dialect.
The appointment begins on 1 August 2017 or as soon as possible thereafter. 
 
Deadline for application: 4 June 2017. Information:
http://www.au.dk/en/about/vacant-positions/scientific-positions/stillinger/Vacancy/show/907849/5283/

 
 
_____________
 
 
9. Assistant Professor in Ottoman History, University of Pennsylvania 
 
We welcome a range of scholarship in Ottoman history, including transnational and
imperial perspectives as well as approaches that address the political, ethnic, and
religious diversity of the Ottoman world.
 
Review of applications will begin 15 September 2017. Information:
http://facultysearches.provost.upenn.edu/postings/1146
 
 
_____________
 
 
10. Post-Doctoral Teaching Scholar in the History of the Modern Middle East, North
Carolina State University
 
We seek applicants who specialize in any aspect of the history of the modern Middle
East. Requirements: Ph.D. in Middle Eastern History, experience as teaching
assistant or instructor, etc.  
 
Review of applications will begin 22 May 2017. Information:
https://jobs.ncsu.edu/postings/85717
 
 
_____________
 
 
11. History 3/4 Time Position, Ottoman History or Modern Middle East, Rowan
University, Glassboro, NJ
 
The specialist will teach a course in "Historical Methods" and preferably "World
History since 1500". This is a one-year position for the 2017-2018 academic year
with a possible extension for at least two more years. The successful candidate
should have a Ph.D. degree by the time of employment and evidence of college
teaching experience.
 
Deadline for application: 10 June 2017. Information:
https://rowanuniversity.hodesiq.com/jobs/3-4-time-faculty-history-glassboro-new-jersey-job-5447103

 
 
_____________
 
 
12. Assistant Teaching Professor of Arabic, Georgetown University 
 
The position is starting in August 2017, on a three-year contract. Ph.D. in hand by
summer 2017 is required. Applicants should be experienced in proficiency-based,
communicative methods of teaching Modern Standard Arabic and spoken Arabic at all
levels, and are expected to have a solid grounding in classical Arabic language and
culture.
 
Review of applications will begin 25 May 2017. Information:
http://www.linguisticsociety.org/job/assistant-teaching-professor-arabic-georgetown-university
 
 
_____________
 
 
OTHER INFORMATION
 
13. "ILO Executive Course: Evaluating Labour Market Programmes", Amman, 2-6 July 2017
 
The course covers cutting edge techniques for evaluation and results based
management for active labour market programmes. It is highly experiential with
participants receiving private consultation from renowned experts on evaluation
design and implementation.
 
Deadline for applications: 26 May 2017. Information:
http://www.ilo.org/employment/areas/youth-employment/WCMS_551489/lang--en/index.htm
 
 
_____________
 
 
14. Course:  "The Israeli - Palestinian Conflict, Understanding Both Sides", Galilee
International Management Institute, Kibbutz Mizra, Israel, 19-31 July 2017 
 
This course is delivered in Israel by representatives of different Israeli and
Palestinian groups, adding another layer of engagement with the core issues of the
region's current reality as it is lived. One of the primary objectives is to enable
participants interested in the Israeli-Palestinian conflict a fresh way of seeing
it. Requirements: Fluency in English; academic degree in political science, Middle
East Studies or related subject. 
 
Deadline for early bird discount: 19 May 2017. Information:
http://www.galilcol.ac.il/Courses/236/The_Israeli_%E2%80%93_Palestinian_Conflict%2C_Understanding_Both_Sides

 
 
_____________
 
 
15. Summer School: "Egyptian History, Government and International Relations of the
Middle East (combined with Arabic course)", Middle East Studies Center, American
University in Cairo, 27-31 August 2017
 
The academic program consists of small groups with a specialist tutor with subject
specialists including Michael Reimer, Maha Ghalwash, Robert Mason, Aly Erfan and
select faculty from the ALI.
 
Deadline for application: 15 June 2017. Information:
http://schools.aucegypt.edu/GAPP/mesc/Pages/Summer-School-2017.aspx#summary
 
 
_____________
 
 
16. Contributions for "Middle East Studies Center Working Paper Series"
 
This is a platform for individual scholars and contributes to international social
science and humanities scholarship on the Middle East, and wider Islamic world, from
the seventh century to the present.
 
Rolling deadline. Information:
http://schools.aucegypt.edu/GAPP/mesc/Pages/Working%20Paper%20Series.aspx
 
 
_____________
 
 
17. Articles on "Understanding Muslim Mobilities and Gender" for Special Issue of
Journal "Social Sciences"
 
We are particularly interested in works that incorporate historical and
socio-political understandings of Muslim pilgrims, tourists and migrant mobility and
settlement. 
 
Deadline for manuscripts: 15 June 2017. Information:
http://www.mdpi.com/journal/socsci/special_issues/muslim_mobilities_gender
 
 
_____________
 
 
18. Communication pour l'ouvrage « L'Algérie au présent », Institut de Recherche sur
le Maghreb Contemporain (IRMC), Tunis
 
Date limite d'envoi des résumés : 30 juin 2017. Information:
http://www.facebook.com/IRMC.Tunis/posts/1438173832909036

vendredi 12 mai 2017

BADĀʼIʽ AL-ZUHŪR FĪ WAQĀʼIʽ AL-DUHŪR D’IBN IYĀS : ÉTUDE HISTORIQUE DE LA PÉRIODE S’ÉTENDANT DE L’ANNÉE 815 À L’ANNÉE 928 DE L’HÉGIRE

http://soscientgr.blogspot.gr/2017/05/la-periode-setendant-de-lannee-648.html (έτη 648-814), και εδώ η συνέχεια:

LES BADĀʼIʽ AL-ZUHŪR FĪ WAQĀʼIʽ AL-DUHŪR D’IBN IYĀS : ÉTUDE HISTORIQUE DE LA PÉRIODE S’ÉTENDANT DE L’ANNÉE 815 À L’ANNÉE 928 DE L’HÉGIRE 
ARTICLE PUBLIÉ LE 10/05/2017

Par Ahmad Al Amer 

De l’année 815 à l’année 872 de l’hégire

Cette partie ne contient pas autant d’événements que la précédente. Ceux qui y figurent sont si simples qu’ils prennent la forme de titres. Ibn Iyās intègre à nouveau les notices nécrologiques aux autres événements et s’intéresse plus particulièrement à l’architecture, au Nil, aux phénomènes naturels au détriment des événements politiques, aux thèmes économiques relatifs aux prix et à la monnaie. De même, les sources ne sont presque jamais citées. Mais ses centres d’intérêt sont restés les mêmes avec une simple différence dans la quantité d’informations qui variait d’une période à l’autre.
En ce qui concerne cette période, Ibn Iyās a mis l’accent sur les événements qui se sont produits géographiquement entre l’Egypte et Bilād aš-Šām sans qu’il ait donné trop d’importance aux luttes pour le pouvoir (1). Il s’est intéressé ainsi à l’invasion et à la conquête de Chypre et à l’emprisonnement de son roi (2), aux dangers auxquels étaient exposés al-Ḥaǧ, al-Kaʽba et al-Ḥaram (3) tels que les incendies et les dommages, aux décrets ordonnés par le sultan concernant le changement de la manière de s’habiller des femmes ou leur interdisant de sortir dans un cortège funèbre, aux informations (4) sur la libération de prisonniers (5) ou leurs évasions (6), à l’apparition d’individus prétendant être al-Mahdī, ayant reçu la révélation de Dieu ou étant ses Messagers …etc (7).
Mais il ne se souciait pas des autres événements plus importants sur la scène régionale tels que la conquête de Constantinople, à laquelle il a dédié deux lignes uniquement en marge de l’arrivée d’un ambassadeur d’Ibn ʽUṯmān annonçant cette nouvelle.
Cependant, à ce stade d’al-Badāʼiʽ, nous remarquons trois nouvelles informations :
Premièrement, les quatre grands cadis félicitent le sultan à l’occasion du début de chaque mois (cette information commence par le mois (8) de ṣafar de l’année 829). Ibn Iyās cite une deuxième fois un événement similaire au mois de ḏī al-Qiʽda en 835 hégire. Il continue ainsi à citer les nouvelles concernant les juges félicitant le sultan mais pas pour chaque mois. Deuxièmement, les juges félicitent le sultan à l’occasion du nouvel an. Cette nouvelle apparaît pour la première fois en 867 hégire (9). Cet événement sera perpétuellement cité par Ibn Iyās mais pas à chaque année. Troisièmement, l’apparition en 872 hégire d’un langage dialectal des roturiers qui a été transmis oralement. Ce phénomène s’accentue encore plus pendant les dernières années du livre.

La période s’étendant de 873 hégire jusqu’à 906 hégire

Plusieurs remarques sont à faire dans cette partie.
- Ibn Iyās cite cinq actes d’injustice dont a été victime Awlād an-nās et qui ont eu lieu durant les années 872, 873 (deux fois), 882 et 901 (10).
- un grand nombre d’incidents ont été cités au début de cette partie. La nouvelle concernant les quatre juges qui félicitaient le sultan à l’occasion de chaque nouveau mois a coïncidé avec l’organisation d’une réunion de Conseil au sujet d’une affaire entre le sultan et ces juges. C’était la raison pour laquelle Ibn Iyās n’a pas évoqué ce sujet à chaque mois (11).
- la décision du sultan d’abandonner ses vêtements hivernaux pour des vêtements estivaux (12). 
- l’information de « ḫatm » al-Buḫārī à al-Qalʽa comme était la coutume (13).
- Ibn Iyās a rapporté brièvement les incidents suivants : un décès, une nomination, une offrande « ḫalʽ », l’accueil d’une délégation, le départ du Caire du Ḥāǧ, la distribution de la pension alimentaire aux soldats affectés pour la guerre (14), un grand nombre de confiscations (15), la circoncision d’un des fils du sultan (16), de nombreux incidents d’injustice à l’époque de Qaytabāy (17).
- Le même genre d’incidents en 880 hégire et 881 hégire. Nous pouvons remarquer ainsi entre autres, que le nombre de décès a augmenté (18). Ibn Iyās décrit avec plus de détails les cortèges du sultan (19) en partant pour la guerre ou pour ses divertissements. L’élément nouveau dans cette partie est les commentaires à la fin de l’année. Il a également cité les noms du calife, du sultan et des cadis (20)…etc. Au début de certaines années, des nouvelles parvenues du Maghreb et d’al-Andalus (21) apparaissent, en particulier les attaques des marchés par des bandes armées « al-mansar » connues à l’époque des Mamelouks (22). D’autres incidents sont cités brièvement comme dit Ibn Iyās : « des événements qui demandent de longues explications se sont produits à cause de cela (23) » (wa waqaʽa bi-sabab ḏālik ʼumūr yaṭūl šarḥuhā), l’utilisation très fréquente de l’expression « selon la rumeur et les ragots (24) » (kaṯura l-qāl wa l-qīl).
- Les conflits et les guerres entre les Mamelouks sont les plus dominants des actualités de l’époque, par exemple la révolte de Qansūh Ḫamsumāʼa et celle de l’Atābki Tamrāz (25), en plus des dangers qui menaçaient l’Egypte par les rois de l’Orient et d’autres comme le Šāh Siwār, Ḥasan aṭ-Ṭawīl et Ibn ʽUṯmān, etc (26)…

La période s’étendant de 907 hégire jusqu’à 921 hégire

Nous avons noté un grand nombre d’événements abrégés dans cette partie du livre depuis le début du règne du Qansūh al-Ġūrī (27). La citation de décès a diminué. Ibn Iyās ne décrivait la célébration du Mawlid an-nabawī que si un incident particulier s’y produisait (28). Depuis 918 hégire, il a également commencé à citer, sans aucune raison, le fait que des cadis félicitaient le sultan pour le nouveau mois (29), mais de façon non régulière. En revanche, au début de 920 hégire, il citera cette fois-ci le même événement précédent d’une manière régulière au début de chaque mois. Il a aussi cité les injustices (30) dont a souffert Awlād An-nās deux fois durant l’année 907 et en 914 hégire.
Il s’est ensuite intéressé plus profondément aux nouvelles suivantes : celles se rapportant aux pèlerins et aux difficultés auxquelles ils sont confrontés (31), aux déplacements du sultan ainsi que les plats qu’on lui préparait (32), aux cadis félicitant le sultan pour le nouvel an en 919 hégire (33), à l’abandon par le sultan de ses vêtements en laine pour des vêtements estivaux (34), à la distribution des salaires aux Mamlouks (al-ǧāmakiyya).
Nous notons qu’à partir de 918 hégire, Ibn Iyās a commencé à changer son style d’écriture (35), rapportant un grand nombre de propos reproduits dans le même dialecte colloquial de certaines personnalités (36).
Durant cette période, la personnalité d’Ibn Iyās, homme vivant au sein d’une société, est mise en évidence :
- il est allé présenter ses vœux au Secrétaire Maḥmūd Ibn Aǧā à l’occasion de l’Aïd et à l’occasion de son rétablissement d’une maladie. Il lui a dédié deux vers de poésie (37).
- il a cité certains sermons donnés dans les mosquées à l’occasion de certains événements.
- il a rendu visite à certains notables et écrit des poèmes pour d’autres (38).
- il a décrit vertueusement l’apparence physique des morts (39).
- il a décrit les cortèges du sultan qu’il voyait.
Nous remarquons que depuis 920 hégire, toutes les descriptions des cortèges et de l’accueil des ambassadeurs étaient très précises. Il indiquait notamment le nombre approximatif des chevaux et décrivait leurs ornements, les notables, les émirs, les armes, la démarche, l’horaire et la durée…etc (40). Ibn Iyās était de fait présent et très observateur, occupant une place particulière dans ces occasions.
Sur le plan extérieur, il notait minutieusement les informations concernant les batailles qui se déroulaient entre le sultan, le Šah safavide et Ismāʽīl aṣ-ṣūfī sans mentionner les détails de ces événements. Il se contentait de dire, par exemple « entre eux il y avait des guerres qui seraient longues à expliquer (41) » (fa-kāna baynahumā min l-ḥurūb mā yaṭūl šarḥuḥ).
Sur Salīm Šāh Ibn ʽUṯmān, il écrivait : « il était excessivement ignorant, aimait faire éclater les troubles et faire couler du sang. Il a tué ses propres frères et leurs enfants, parmi lesquels il y avait des nourrissons. C’est ce qui a été dit sur son ignorance (42 » (kāna ʽindahu ǧahl zāʼid wa yuḥib iqāmat al-fitan wa kāna saffākan li-dimāʼ faqatala iḫwatahu wa awlādihim wa kāna fihom ma huwa raḍīʽ ʽammā qīla min ǧahlih).

La période s’étendant de 922 hégire jusqu’à 928 hégire

Cette partie est l’une des plus importantes écrite par Ibn Iyās, seul historien ayant écrit sur cette période, et en ayant été le témoin oculaire. Ibn Iyās a entamé son récit en relatant la décision du sultan de faire face à Ibn ʽUṯmān. Le sultan a commencé, donc, par faire tout son possible pour satisfaire non seulement les Mamelouks Qarāniṣa (43) mais aussi les militaires et tout le peuple. Il a, à cet effet, annulé les impôts (44).
Un grand nombre de Mamelouks s’est dirigé vers Bilād aš-Šām au mois de Rabīʽ al-Awwal 922 hégire (45) . Ibn Iyās a décrit avec beaucoup de précision la sortie du sultan (46) et a cité les noms des émirs et des notables qui ont fait le voyage et de ceux qui sont restés en Egypte (47). Il a, également, fait le suivi des événements concernant l’arrivée du sultan à Ar-raydāniyya (48) et son entrée à Ġazza (49).
A cette époque, Ibn Iyās suivait en même temps les informations sur le sultan, sur la ville du Caire, puis, sur l’entrée du sultan à Damas (50), sur son départ pour Ḥoms (51), Ḥamā et son arrivée à Halab (52). Il a aussi évoqué l’arrivée du courrier d’Ibn ʽUṯmān et les canulars que ce dernier préparait pour tromper le sultan (53), ainsi que les accomplissements du sultan à Alep (54).
Il semble qu’Ibn Iyās a pris ces informations des correspondances entre Amīr al-Muʼminīn al-Mutawakkil ʽalā Allāh qui accompagnait le sultan, et son père Yaʽqūb (hāḏā ma nuqila min šarḥ kitāb amīr al-muʼminīn allaḏī arsalahu ilā wālidihi Amīr al-Muʼminīn Yaʽqūb) (55).
Selon Ibn Iyās, nous arrivons à un grave épisode de ce récit qui a bouleversé tout le pays « kāynaʽaẓīma zulzilat lahā al-aqṭār », quand Ibn ʽUṯmān a offensé et humilié l’ambassadeur du sultan (56). Cet incident a, de ce fait, entraîné la défaite du sultan à Murǧ Dābiq (57). Ibn Iyās a relaté les événements qui se sont produits pendant cette guerre où le sultan et son armée ont perdu. Il a considéré cette défaite comme un châtiment de Dieu envers le sultan et ses émirs, qui ont négligé de considérer les intérêts des musulmans d’une manière juste et équitable. Il leur a donc envoyé Ibn ʽUṯmān comme punition (58).
Nous notons, à ce stade, qu’Ibn Iyās n’a pas séparé les événements les uns des autres selon les jours et les mois où ils se sont produits, mais il a cité toute l’histoire dans son intégralité et sans aucune interruption (59). Il décrit, alors, l’entrée d’Ibn ʽUṯmān à Alep, son comportement avec les grands cadis « quḍāt al-quḍāt » et avec le calife et cite les noms des émirs et des notables qui ont été tués à la guerre de Murǧ Dābiq (60).
Les sources sur lesquelles Ibn Iyās s’est basé dans les événements qui suivent la bataille de Murǧ Dābiq sont les correspondances envoyées par ad-dāwādār aṯ-ṯānī (61), les rumeurs qui circulaient dans la société ou bien les informations que le facteur ramenait avec lui (62).
Il va sans dire qu’Ibn Iyās s’assurait bien de la véracité de ces informations avant de les enregistrer.
Il se penche, ensuite, sur les informations concernant Le Caire, la corruption et les attaques des bédouins (63) et informe le lecteur que les nouvelles en provenance d’Egypte se sont interrompues pendant quarante jours (64). Entre d’autres événements, Ṭūmān bāy prend la relève du Sultanat en Egypte. Il cite également la conquête de Damas par Ibn ʽUṯmān (65) et la rumeur que ce dernier a atteint la ville de Ġazza ainsi que les tentatives des Mamelouks d’organiser leurs rangs.
Ibn Iyās évoque, durant cette période, les événements qui suivent :
- l’arrivée d’un ambassadeur d’Ibn ʽUṯmān portant des lettres destinées au sultan et aux émirs dans lesquelles il propose allégeance (66).
- des problèmes de pension entre le sultan et les Mamelouks (67).
- l’annonce de la défaite de l’armée de l’Egypte sous le commandement de Ǧanbardī al-Ġazālī près de Baysān (68) augmente la confusion du pouvoir en Egypte. La nouvelle se confirme par le retour de ce dernier et de quelques uns des survivants au Caire (69). 
- la confusion et la perplexité du sultan face aux problèmes qui menaçaient son pouvoir, notamment : la mutinerie des Mamelouks qui lui refusaient leur soumission s’ils ne percevaient pas l’argent réclamé en contre partie, les coffres vides de l’Etat et les nouvelles fréquentes qui annonçaient le danger imminent des Ottomans (70). Face à la gravité de ces nouvelles, Ibn Iyās ne s’est plus intéressé à décrire les cortèges du sultan (71).
- il décrit les armes des soldats Egyptiens (72).
- malgré la crise, il fait allusion aux nominations et offrandes « ḫulaʽ » (73) et à certains décès (74).
- le sultan a tenté de recruter des Maghrébins qui se trouvaient en Egypte dans son armée et de se rapprocher plus près des bédouins afin de pouvoir faire face au danger d’Ibn ʽUṯmān (75).
- Ibn Iyās, à cette époque, n’oublie pas d’affirmer qu’Ibn ʽUṯmān était l’agresseur des Mamelouks : « il était un tyran pour les soldats égyptiens, il est devenu leur ennemi et leur agresseur sans raison apparente et le tyran trouvera toujours la mort ». (wa kāna Ibn ʽUṯmān bāġiyan ʽalā ʽaskar Miṣr wa qad ʽādāhum wa taʽadā ʽalayhim bi-ġayr sabab wa-l bāġī lahu maṣraʽ) (76).
- Ibn Iyās décrit les préparatifs pour la bataille d’Ar-raydāniyya et la migration de la population des régions menacées par les Ottomans vers Le Caire (77).
- il cite également les actes des bédouins qui tuaient les Ottomans tombés entre leurs mains (78).
Le jeudi 29 ḏī l-ḥiǧǧa, Ibn Iyās dit « un événement tellement monumental s’est produit que même les esprits rationnels n’y croient pas et les plus justes et raisonnables se trompent » (waqaʽat kāyna ʽaẓīma tuḏhal ʽinda samāʽihā ʽuqūl al-albāb wa taḍil lihawlihā al-ʼārāʼ ʽan aṣ-ṣawāb). Il évoque ici de la bataille Ar-raydāniyya : « un accrochage tellement épouvantable s’est passé entre les deux adversaires que son interprétation sera plus longue et plus dure que celle de Murǧ Dābiq (79 » (fa kāna bayna al-farīqayn waqʽa mahūla yaṭūl šarḥuḥā aʽẓam min al-waqiʽa allatī kānat fī Murǧ Dābiq). « Il n’est passé qu’un bref temps et voilà que l’armée égyptienne s’est brisée, s’est découragée et est retournée sur ses talents. Il n’est resté, encore peu de temps, que Ṭūmān bāy et quelques uns de ses combattants face à l’ennemi » (fa-lam takun illā sāʽa yasīra miqdār ḫams daraǧāt ḥattā inkasara ʽaskar Miṣr wa wallā mudbiran wa tammat ʽalayhim al-kasra fa-ṯabata baʽda al-kasra as-sulṭān Ṭūmān Bāy naḥwa ʽišrīn daraǧa wa huwa yuqātil bi-nafsihi maʽa nafar qalīl) (80).
Après ces événements, Ibn Iyās décrit l’arrivée des Ottomans au Caire. Ils ont libéré leurs concitoyens des prisons mameloukes et ont pillé les maisons des émirs. L’insécurité était telle que même les scélérats ont profité de la situation et ont commis des vols et des assauts en prétendant être des Ottomans. Ces bandits ont continué ainsi jusqu’après la prière d’al-Maġrib « wa ṣārat az-zuʽr wa-l-ġilmān yanhabūn al-buyūt biḥuǧǧat al-ʽuṯmāniyya wa s-tamarra an-nahb li baʽd al-maġrib » (81).
Ensuite, le calife arrive au Caire, accompagné de certains notables qui ont été capturés par les Ottomans à l’issue de la bataille Murǧ Dābiq et « al-mašāʽiliyya » annonçant la sécurité et la confiance (82). Malgré cela, les actes de vol et de banditisme ont continué trois jours de suite, ainsi que le sermon dans les mosquées au nom de Salīm Šāh (83).
Ibn Iyās conclut sur ces événements de l’année par la citation de deux vers de poème qui affirmaient que tout ce qui est arrivé était l’aboutissement du destin et de la fatalité « qaḍāʼ wa qadar » (84).
Notes :
(1) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 13
(2) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 100
(3) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 158
(4) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 186
(5) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 182
(6) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 256
(7) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 246
(8) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 103
(9) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 2, p. 400
(10) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 8, 20, 23, 134, 236.
(11) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 18
(12) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 32, 45
(13) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 122
(14) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 207
(15) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 245
(16) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 272
(17) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 279
(18) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 125
(19) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 130
(20) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 222
(21) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 256
(22) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 229
(23) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 276
(24) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 157
(25) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 372
(26) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 3, p. 325
(27) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 2
(28) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 20
(29) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 353
(30) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 22, 25, 136
(31) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 38
(32) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 244
(33) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 295
(34) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 259
(35) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 253
(36) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 272, 369
(37) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 248
(38) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 441, 469
(39) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 307
(40) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 413
(41) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 398, 402, 403
(42) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 4, p. 436
(43) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 13
(44) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 18
(45) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 34
(46) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 35
(47) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 39
(48) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 46
(49) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 51
(50) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 53
(51) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 54
(52) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 60
(53) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 60
(54) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 63
(55) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 64
(56) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 67
(57) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 68
(58) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 73
(59) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 72
(60) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 77
(61) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 79
(62) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 84
(63) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 82
(64) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 82
(65) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 111
(66) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 124
(67) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 126
(68) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 129
(69) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 131
(70) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 132
(71) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 133
(72) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 134
(73) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 137
(74) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 140
(75) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 137
(76) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 138
(77) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 142
(78) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 142
(79) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 145
(80) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 146
(81) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 146
(82) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 147
(83) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 148
(84) Badāʼiʽ al-zuhūr, t. 5, p. 148